[FR] Hommage à Fragile Allegiance

Edit 2015 : La magie de la technologie aidant, vous pouvez acheter le jeu sur GoG maintenant. Plus besoin de vous faire chier avec les commandes et pseudos émulateurs en fin d’article, rah, l’aubaine !

Enfants nous fûmes.

Vous qui avez déjà connu la sensation fantasmagorique de replonger dans une des périodes de votre vie où tout est beau et confortable - que ce soit en mangeant les gâteaux trop sucrés de votre ancêtre maternelle ou en épluchant vos premiers « J’aime Lire » poussiéreux et griffonnés à la page Jeu, vous savez, cette même page qui finira déchiquetée parce que, ne connaissant pas la note de solfège dans le rébus, vous décidrez d’annihiler toutes traces de cette infâme épreuve - alors vous savez ce que cela fait de se replonger dans l’univers d’une de vos perles vidéo-ludiques qui jadis a su vous occuper et transporter votre imagination bien plus loin qu’un titre n’y parvient actuellement.

Ahhh, quel bonheur de retrouver l’interface de votre jeu, vous vous épatez même d’en avoir compris le fonctionnement à l’âge où vous y jouiez. C’est vrai, on ne peut pas dire que ce soit très “Friendly-User” maintenant, en plus, avec nos beaux écrans 27’, le 800*600 titille l’œil en lui crachant des dégradés 256 couleurs à en faire pâlir un Arlequin. Mais seulement voilà, vous le savez, ce n’est pas pour leur graphisme que l’on remet la main à la pâte, mais pour la profondeur du gameplay. Et qu’il est profond ce gameplay ! (Bon, je parle sous le coup de l’émotion, mais quand même !)

Pourquoi réaliser cet hommage, pouvez-vous vous demander ? Parce que le nombre de test de ce jeu est proche du néant, et désireux de partager mon amour pour ce jeu il m’était donc logique d’y apporter ma touche, mon grain de sel ! Je ne suis pas naïf et sais pertinemment que quasiment personne n’y jouera après avoir lu cet article, mais… Est-ce l’important ? Il existera au moins une trace, d’un fan francophone, sur cette planète, qui l’aura clamé haut et fort : J’aime Fragile Allegiance !

Fragile Allegiance, introduction.

Dans cet article je vais parler de Fragile Allegiance, développé par Gremlin Interactive et sorti en 1996 sur PC (DOS, Windows). Jeu de stratégie/gestion space opéra ou aucun scénario n’est vraiment établit, la campagne étant plus une série d’escarmouche inter-galactique qu’une véritable histoire. Cela dit le background est bel et bien existant, et influe même sur la façon de jouer, mais j’y reviendrai plus loin.

Vous incarnez un agent de la Tetracorp, une surpuissante société multi-planètaire, qui a pour but d’organiser l’extraction spatiale des minéraux pour le compte de l’Empire Terrien. Mais pour cela vous devrez empiéter sur des territoires inconnus et potentiellement habités par d’autres créatures.

…et ces créatures, c’est bien évidemment l’IA.

Votre première colonie se situe sur un astéroïde, vous savez, ces gros cailloux de l’espace. Héé bien si tous les peuples de l’espace se mettent sur la tronche - décidément, même en 2490 et des brouettes, on arrive à trouver des occasions de s’entre-tuer -, eh bien c’est pour le pétro… euh, minerai contenu dans ces gros rochers flottant, oui, toujours une question d’argent héhé ! Le but des missions est assez simple : il faut rester le seul survivant de l’espace, en tuant les autres espèces ou… et bien non, il n’y a que ce moyen.

Vous voilà alors aux commandes du premier astéroïde de la TetraCorp. Après avoir bâtit les premières installations de survie, il vous apparait vite nécessaire de vous lancer dans une grande campagne d’extraction du minerai. Et c’est par le biais de foreuses plus ou moins performantes que vous y parviendrez, rien de bien sorcier en somme.

Le minerai, nouvel Eldorado galactique.

Il existe 10 types de minerais différents, chacun ayant une particularité et un prix fixé par la Fédération - capable de varier au fil du temps. Les minerais se décomposent en trois parties : les courants, facilement extractible du sol (bon on ne les trouve pas par terre, ‘faut pas déconner non plus), les précieux, et les rares. Chaque type (courant, précieux, rare) devra être ramassé avec un type de foreuse particulier. Ces minerais peuvent être vendu à la Fédération par le biais du Transporteur Fédérale qui passe vous voir tous les trois mois, au marché noir - où les prix sont parfois plus intéressant - ou bien être utilisés pour la fabrication de vaisseaux ou missiles. Vous l’avez compris, impossible de se passer de minerai !

Des Aliens ? Berk !

Entendons nous bien, ce ne sont pas les Aliens gluants et collants - quoi que… -, mais bel et bien des peuples extra-terrestre, qui sont au nombre de 6 : Rigellian, Braccatian, Mikotaj, Artemian, Mauna, Archaean. Chaque peuple possède sa propre culture, architecture et politique. Les Maunas par exemple sont très agressifs, alors que les Rigellian feront tout pour limiter les conflits, en vous proposant sans cesse des pactes de non-agression.

Il est effectivement possible d’interagir avec ces peuples, c’est le côté politique de Fragile Allegiance. Vous pouvez vous adresser au représentant de la race qui vous intéresse sous forme de question pré-faite, ce qui donne un côté roleplay intéressant (mais pas très poussé). Vous voulez la paix ? Proposez un pacte de non-agression, qui, si non respecté vous forcera à dédommager l’autre peuple d’un nombre important de crédit, pression de la Fédération oblige. Il vous est aussi possible de signer un traité d’union défensive, une alliance militaire visant à combattre un autre peuple. Vous cherchez la guerre ? Accusez le peuple de vous avoir envoyer un agent secret, ou bien d’avoir commercé avec les Maunas (tellement ce sont des fumiers) ! Et si vous pensez que la politique n’est qu’un gadget, vous allez vite vous mordre les doigts car certains peuple réagissent au quart de tour :)

Personnaliser ses vaisseaux ? C’est possible !

Calmos ! Posez les bombes de peintures vous qui pensiez déjà pouvoir orner vos Destructeurs d’une flamme sur le capot. Personnaliser, oui, mais les armes ! C’est-y pas beau ça ? Chaque vaisseau possède un nombre de ‘point d’attache’ qu’il est possible d’équiper ensuite avec des accessoires (bouclier, déflecteur, brouilleur, etc.) et / ou des armes (anti-vaisseaux ou anti-batiments). C’est pour cela que chaque vaisseau possède un prix de base, qui peut parfois facilement doubler voir tripler en l’équipant par la suite d’armes dévastatrices ou de boucliers impénétrables ! Il est donc par exemple tout à fait possible de créer une flotte de modèle de vaisseau identiques, mais équipés différemment afin d’obtenir une vague polyvalente prête à ravager les méchants Aliens.

La SCI-TEK, c’est quoi ?

Vous pouvez en tant qu’agent de la TétraCorp construire des bâtiments et des vaisseaux. Cela dit, vous ne possédez pas dès le début du jeu tous les plans de construction, il faut donc les acheter à la SCI-TEK, centre de recherche de la Fédération, qui se permet de vous refourguer ses nombreux et divers plans (qui vous seront vite nécessaires) à un prix parfois exorbitant. Une fois le plan acheté, il est possible de vous le faire voler par un agent engagé par un ennemi, vous devez donc vous retaper l’achat !

100 missiles, c’est bien. 1 missile, c’est mieux.

Bien évidemment cela dépend du missile ! Et accrochez-vous bien - si si ! -, il y a 12 missiles différents, du plus basique, créant un faible pet muet lumineux, au plus puissant capable de détruire un astéroïde entier en passant par le Stasis, missile qui freeze littéralement la cible.

Les missiles peuvent donc être envoyé par vague entière, mais peuvent être contrés par des défenses anti-missile. Oui enfin… pas toujours.

Conclusion

On ne s’ennuie pas dans une partie de Fragile Allegiance, il y a toujours un truc pour s’occuper. C’est sur, on n’enchaîne pas les parties car ça devient vite répétitif, mais personnellement je prends parfois le temps de me faire un peu plaisir en envoyant mes flottes-de-la-mort accompagnées par mes missiles-de-la-mort - oui eux aussi.

Bref si jamais vous voulez tenter l’aventure, sachez que Fragile Allegiance est désormais un Abandonware, en gros depuis sa sortie l’éditeur et développeur n’existent plus et n’ont donc plus de droits sur ce jeu, il est donc gratuit et en accès libre légalement sur www.abandonware-france.org. Pour le faire fonctionner, j’utilise DosBox.

Personnellement, voici les commandes que j’effectue sous DosBox pour lancer le jeu (je suppose ici qu’il est déjà installé) :

mount c C:\\FRAGILE
mount d D:\\ -t -cdrom
C:\\FRAGILE\\FRAGILE.EXE

Edit : Ou alors, l’acheter sur GoG pour pas se prendre la tête ;)